Les Chevaliers des Highlands, tome 12 : Le Spectre de Monica McCarty

couv20050989

Synopsis:

1314. Alex Seton croit aux vraies valeurs de la chevalerie. Lassé des raids sanglants ordonnés par Robert de Bruce, le « roi-voyou » parti à la conquête du trône d’Écosse, il a déserté la Garde des Highlands pour rejoindre le camp adverse où il espère faire triompher ses idées de manière plus honorable. Désormais considéré comme un traître, il vole pourtant au secours de Joan Comyn, la fille bâtarde du comte de Buchan, jeune femme à la beauté ensorcelante, qui éveille bientôt ses soupçons. Ne serait-elle pas le Spectre, cet agent dont nul ne connaît l’identité et que les Anglais traquent en vain ? Déterminé à la confondre, Alex s’engage dans un duel où la séduction est l’arme principale et à l’issu duquel il devra choisir entre ses principes et son cœur.

Mon avis:

Quel plaisir de retrouver cette saga, mais c’est aussi avec tristesse, vu que c’est le dernier tome. Ici, on retrouve le Dragon, alias Alex Seton, que l’on a pu rencontrer lors des premiers livres et Joan Comyn, la fille de Bella MacDuff. Alex évolue à ce jour du côté des Anglais et l’on découvre pourquoi il a voulu quitter la garde. Joan quant à elle, est devenue une femme qui n’a pas eu la vie facile. Ils sont très vite attirés l’un vers l’autre.

Monica McCarty nous tient jusqu’à la fin de cette saga. J’admire Joan pour sa détermination et sa force. La relation qu’elle entretien avec Alex est très intense et passionnée. Alex souhaite rester ce preux chevalier et Joan ne sait pas quel chemin emprunter. Dans ce dernier tome, la cause que défend la garde des Highlands n’a jamais été aussi proche de son but. L’auteur clôt en beauté cette saga. J’étais aussi ravie de retrouver certains personnages clés.

Vous qui avez peut être lu aussi cette saga, avez vous un tome préféré, voir un personnage?

Pour ma part, j’ai adoré le tome 10, le frappeur, et j’aime beaucoup le personnage de Lachlan.

La brute apprivoisée de Jude Deveraux

la-brute-apprivoisee-9782290142462-3

Synopsis:

– Le duc de Peregrine ? Tu es folle ! Si tu épouses cet homme, ta vie sera un enfer !

Malgré les avertissements, Liana s’entête. Elle a vu défiler d’innombrables prétendants et aucun n’a fait battre son cœur comme ce colosse roux aux manières détestables… Le souvenir de leur brève étreinte suffit à la faire défaillir. À peine le mariage célébré, Peregrine emmène sa jeune épouse dans son domaine : un château à demi ruiné, peuplé d’une bande de sauvages. Liana pourrait à la rigueur s’accommoder de l’inconfort de sa nouvelle demeure. Mais son mari la délaisse chaque nuit pour retrouver son harem de servantes-maîtresses, arrogantes et stupides. C’en est trop : il faut mater ce rustre ! L’épreuve sera rude. Mais, sous son apparente douceur, Liana dissimule une volonté inflexible.

 

Mon avis:

Jude Deveraux a écrit beaucoup de roman, voici le premier que je découvre. Autant dire que je suis assez mitigée par cette lecture.

Dès les premières pages, on fait connaissance avec Liana, qui est poussée par sa belle-mère à trouver un époux. Celle-ci souhaite s’en débarrasser pour récupérer l’attention de son époux et pour pouvoir administrer le domaine comme elle le souhaite. Liana accepte, mais choisira elle-même son époux. Les demandes en mariage ne tardent pas à arriver, grâce à sa dote. Lors d’une sortie, elle rencontre Rogan qui est venu lui demander sa main, juste pour l’argent. Contre l’avis de sa famille, Liana accepte de devenir l’épouse de cette brute. Le mariage effectué, Liana est emmenée directement sur le domaine de Rogan, qui lui réserve de nombreuses surprises.

Les personnages de ce roman sont déroutants. Liana sait être forte, mais reste très naïve. Son histoire d’amour avec Rogan, à l’air d’un coup de foudre de petite fille. Rogan quant à lui est une pauvre brute, qui se transforme en agneau. Je n’ai pas cru en leur histoire. J’ai tout de même continué ma lecture, vu qu’il y a des scènes intéressantes. Quand Liana essaye de tenir tête à Rogan, on rigole bien. A la fin du roman, on reste tout de même sur notre fin, ce qui est bien dommage. Il reste inachevé. Des passages auraient pu être plus développés, comme l’origine du conflit avec l’autre clan, l’histoire des Peregrine… J’ai pu voir qu’il existait un second tome, qui n’a pas encore été réédité par J’ai lu. Peut-être est-il plus complet…

Les chevaliers des Highlands, tome 11 : Le roc de Monica McCarty

couv40759801

Synopsis: 

Depuis sa tendre enfance, Thomas MacGowan est fou amoureux d’Elizabeth Douglas, la fille du laird. Lorsqu’elle a été envoyée en France, il l’a attendue, plein d’espoir. Mais à son retour en Écosse, la « petite Ella » a bien changé. C’est une dame à présent, et elle ne peut épouser le fils d’un forgeron. Trois ans plus tard, Thomas, surnommé le Roc, a intégré la célèbre garde des Highlands où il exerce ses talents de grimpeur hors pair. Quand Ella vient le supplier de voler au secours de son jeune frère capturé par les Anglais, il refuse sèchement. Il n’est plus ce nigaud transi d’amour, et il ne veut plus d’elle dans sa vie. Croit-il…

 

Mon avis:

Quel plaisir de retrouver Monica McCarty avec ses Highlanders. Comme pour les précédents, j’ai à nouveau dévoré ce tome.

Ici on fait connaissance avec un nouveau membre de la garde, Thomas soit le Roc ! On le découvre alors qu’il n’est pas encore dans la garde, et qu’il est tout jeune. Il est le fils du forgeron du clan Douglas. Il passe ses journées avec son père, mais aussi avec les enfants du laird, Elizabeth et son frère James. Thomas est déjà très talentueux, fort et courageux. Amoureux d’Elizabeth, une tension se crée avec son frère, mais aussi à cause de son rang social. Thomas décide de partir pour devenir un chevalier des Highlands, et d’oublier d’Elisabeth.

Quelques années plus tard, alors que des projets d’engagements s’offre à lui, elle revient vers lui.

Je me suis tout de suite attachée au personnage de Thomas, alors que celui d’Elizabeth m’énerve plus. Thomas possède de grandes qualités qui font de lui, un atout pour la garde. Romance et action se succèdent tout au long du roman. On ne s’ennuie pas une seconde, ce qui explique que je l’ai lu d’une traite (comme souvent tous les romans de cette saga ! ) Concernant Elizabeth, le fait qu’elle n’arrivait pas à se décider m’a énervé. J’avais envie de la secouer pour qu’elle agisse.

A la fin de ce tome, Robert de Bruce a bien avancé dans sa quête, et ça annonce bientôt la fin de la saga. Encore un dernier tome à découvrir, que j’ai hâte de savourer.

Blanche de Castille : Future Reine de France, 1199-1200 de Catherine de Lasa

couv66573859

Synopsis:

Bianca, 12 ans, est la fille des rois de Castille. Pour sceller l’alliance entre l’Espagne et le royaume de France, Bianca épousera le fils du roi Philippe Auguste, le dauphin, futur Louis VIII. Devenue Blanche, elle gagne la cour de France après un long voyage en compagnie d’Aliénor d’Aquitaine. Partagez le journal de Blanche et vivez avec elle le destin fascinant d’une princesse espagnole à la cour de France.

 

Mon avis:

Un nouveau voyage dans l’Histoire grâce à cette collection que j’aime beaucoup. Ici nous suivons le parcours de cette jeune fille espagnole de 12 ans, Bianca, qui se retrouve mariée à un français, le futur roi de France. Initialement, c’était sa sœur qui devait l’épouser, elle se retrouve donc promise du jour au lendemain, à quelqu’un qu’elle ne connait et liée à un pays inconnu. Dès les premières pages, on découvre l’innocence de Bianca (plus connu en France sous le nom de Blanche de Castille) On découvre sa force et son courage, pour une jeune fille qui a seulement 12 ans. Elle quitte très vite sa famille et son pays natal, pour accomplir son devoir, être la nouvelle reine de France. A travers son journal, elle nous dévoile les péripéties de son voyage, ses pensées, ses inquiétudes. Le récit se finit assez rapidement après sa rencontre avec Louis VIII.

Gallimard nous propose ensuite de retracer son parcours de reine puis de régente. On se rend compte que cette petite fille innocente est devenue une grande reine.

Encore une fois, je vous invite à découvrir cette collection qui est juste géniale. Tous les ouvrages sont sur ce lien 

 

Jane Eyre de Charlotte Brontë

couv14623796

Synopsis:

Jane Eyre est pauvre, orpheline, pas très jolie. Pourtant, grâce à sa seule force de caractère, et sans faillir à ses principes, elle parviendra à faire sa place dans la société rigide de l’Angleterre victorienne et à trouver l’amour…

 

Mon avis:

Voici un classique que tous connait et qui traîne dans ma PAL depuis un moment. Après avoir vu un bon nombre d’adaptation de ce livre, dont la plus récente de 2011 avec Mia Wasikowska, je me suis décidée de découvrir l’oeuvre originale.

Tout d’abord, j’ai vraiment adoré l’écriture de Charlotte Brontë, qui est très poétique et envoûtante.

Dès les premières pages, on fait la connaissance de l’héroïne de notre roman. Jane est quelqu’un de très courageuse et insoumise. Dans cette société où la place des femmes est dictée, elle ne se laisse pas faire pour autant. Son passé difficile a su lui forger son caractère. Même si je connaissais l’histoire, je m’accrochais à mon livre pour savoir comment aller être raconter la suite des péripéties. L’auteur s’est nous tenir en haleine merveilleusement bien. On ne se doute pas de la tournure prochaine des événements.

Cette lecture a été une agréable surprise et je suis fière de l’avoir sortit enfin de ma PAL.

 

 

 

 

Les Chefs du Clan Murray, tome 1 : Le Destin des Highlands de Hannah Howell

couv25313437

Synopsis:

L’élue de son coeur deviendra-t-elle son ennemie jurée ?

Balfour Murray se sent irrésistiblement attiré par Maldie, la guérisseuse qui prend soin de son frère blessé. Animé par une profonde soif de vengeance, le guerrier a mis au point un plan pour provoquer la chute de son adversaire le plus redoutable, mais les hommes envoyés pour espionner le clan adverse ont été trahis et exécutés. Dans ces conditions, Balfour peut-il vraiment se fier à cette jeune inconnue qui entretient un mystère sur ses origines et laisser libre cours au désir qu’il éprouve pour elle ?

 

Mon avis:

L’histoire de cette romance est toute simple. Balfour Murray, chef du clan, est en guerre avec son voisin Beaton qui a enlevé l’un de ses frères, Eric. Lors d’un affrontement, Maldie, entre en scène pour aider et prendre soin de son deuxième frère blessé, Nigel. C’est le coup de foudre instantané entre nos deux personnages principaux. Sauf que Balfour ne connait rien de Maldie, et finit par la suspecter d’espionnage.

L’histoire de cette romance aurait pu être intéressante, mais il faut dire que j’ai vraiment du mal avec les livres de Hannah Howell. C’est tout de même la deuxième saga que je lis, et toujours le même constat, l’histoire n’est pas assez fouillée. J’ai bien aimé les deux personnages et surtout Maldie qui est très courageuse. Mais leur passion arrive trop vite, et je n’y ai pas crue. Il y a aussi assez peu d’action, on tourne un peu en rond. J’ai tout de même passé un bon moment, malgré ses longueurs, mais autant le dire c’est surtout grâce à Maldie. Son personnage m’intriguait. J’ai les deux tomes suivant dans ma PAL, et je suis curieuse de savoir ce qui va arriver à Nigel, même si je m’attends à une lecture pas extraordinaire.

 

Les Highlanders, tome 3 : La tentation de l’immortel de Karen Marie Moning

couv35695525

Synopsis:

Circenn Brodie, un guerrier écossais immortel, jette un sort sur une bouteille qui contient l’élixir de la vie. Celui qui la touche sera transporté au 14ème siècle. Un Elf rajoute au sort que cette personne, innocente ou coupable, devra mourir. Lorsque Lisa Stone touche la bouteille tandis qu’elle fait la poussière dans un musée, la terre tremble et elle est soudain face à un guerrier hostile et fou de rage… mais merveilleusement beau. Lisa est fascinée par Circenn et son monde, mais elle doit rentrer pour aider sa mère qui subit un traitement contre le cancer. Il doit bien y avoir un moyen de défaire le sort, de retourner chez elle et de garder l’amour qu’elle vient de trouver.

 

Mon avis:

Pour ce tome, on fait la connaissance de Circenn, notre immortel écossais du XIVème siècle et Lisa une américaine du XXIème siècle. Celle ci se retrouve projetée plusieurs siècles en arrière auprès de Circenn, en touchant une relique ensorcelée. Cette dernière n’a pas été épargnée par la vie, elle a un passé dur entre un père disparu trop tôt et une mère malade. Après la lecture de ce tome, je suis un peu déçu. Je n’ai pas cru en l’alchimie entre nos personnages. Leur passion est arrivée trop vite. Je dois tout de même noter que ce tome est remplit d’humour, j’ai donc tout de même passé un bon moment à rigoler par certaines phrases cinglantes de notre héroïne. Même si je n’ai pas cru en leur idylle, les personnages sont tout de même attachant. A noter aussi que la magie est très présente dans ce tome, ce que j’ai aussi apprécié. Hâte de découvrir le prochain tome, et ce que nous réserve Karen Marie Moning.

 

Les chevaliers des Highlands, tome 10 : Le frappeur de Monica McCarty

couv11613158

Synopsis:

1313. La bataille finale pour le trône d’Écosse est sur le point d’être livrée. Eoin MacLean, spécialiste des attaques ciblées au sein de la Garde des Highlands, défend les couleurs de Robert de Bruce qui n’a plus qu’un seul obstacle : ce renégat de MacDowell. Or celui-ci s’apprête à marier sa fille chérie Maggie à un Anglais. Le moment est idéal pour lui tendre une embuscade…
Pourtant, pour la première fois depuis le début de la guerre, Eoin sent sa main trembler car, sept ans plus tôt, il a épousé Maggie bien qu’elle appartînt au camp ennemi. Puis elle l’a trahi et il lui a laissé croire qu’il était mort. Aujourd’hui, même s’il la hait, il n’a pas renoncé à ses droits d’époux.

 

Mon avis:

C’est toujours un grand plaisir pour moi de découvrir un nouveau roman de Monica McCarty. Pour tout vous dire, aujourd’hui j’en viens même à les précommander. Ça me fait une belle surprise ainsi quand celui-ci arrive dans la boite aux lettres quelques mois plus tard. Je fais exprès de ne pas retenir la date de sortie. C’est comme si je me faisais un cadeau surprise. Vous arrive-t-il de faire ça?

Bon revenons à notre livre. Pour cet ouvrage, l’auteur décide de construire son histoire avec un retour dans le temps. On fait donc la connaissance d’Eoin, le frappeur qui s’apprête à exécuter une mission délicate, où il doit affronter son épouse qu’il n’a pas vu depuis 7 ans. Leur histoire a commencé alors qu’ils étaient très jeunes, naïfs et fougueux. Issus de clans opposés, leur idylle n’a pas été facile. Secrets, non-dits et quiproquos se succèdent. Avec ce retour en arrière, on se rend compte de la force de la Garde des Highlands et des épreuves qu’elle a dû assurer. On découvre aussi l’arrivée et le recrutement d’un nouveau membre dans cette alliance. Les retrouvailles pour Maggy et Eoin sont une épreuve pour eux. C’est aussi le moment de réparer les conflits toujours existants et de voir que même après 7 ans l’attirance est toujours là. J’ai encore passé un super moment à dévorer ce livre, et je ne peux que vous conseiller cette saga.

 

PS: J’aimerais tout de même signaler ma déception que « J’ai lu » ait changé toute sa charte graphique. Aujourd’hui nous avons tous une saga dépareillée à cause de ce changement.

La Freccia Nera

 

« La flèche noire », librement inspiré du roman de Robert Louis Stevenson, est un récit d’aventure et d’amour se déroulant en Italie au XVe siècle. Les protagonistes sont les jeunes Marco (Riccardo Scamarcio), fils du noble défunt Richard, et la belle et courageuse Giovanna (Martina Stella), dont les parents ont mystérieusement disparu alors qu’elle était encore petite.
Marco a été adopté par Raniero de Rottenburg (Ennio Fantastichini) qui guide la mise en place des principes fidèle à l’empereur, contre les factions des évêques les liés à la papauté, dirigé par Cusano (Miquel Herz-Kestranek), prince-évêque Bressanone.
Marco rencontre pour la première fois dans Giovanna au cours d’une bataille. Ne réalisant pas que le soldat en face de lui est en réalité une fille, il la fait prisonnière. Giovanna, durant la bataille défendait Cusano.
L’aventure commence ainsi. Marco et Giovanna apprendront à se connaître mutuellement et à commencer un voyage ensemble qui les conduira à la recherche de la vérité contre un passé plein de mensonges.
Dans le contexte de la période historique qui voit l’opposition entre l’Empire et la papauté, symboles d’une mentalité médiévale, et d’un esprit novateur et humaniste. Marco commence à y croire, en choisissant pour lui-même un nouveau destin, qui lui fera comprendre la différence entre le bien et le mal. Pour Giovanna, cependant, sa lutte pour défendre Cusano et son amour pour Marco sera l’occasion de mûrir et d’accepter sa féminité, son identité de femme à part entière.

 

Cette série italienne date de 2006 et je vous la conseille.

Sissi, la naissance d’une imperatrice

Première partie :
Sissi se réjouit que sa sœur, Hélène, soit promise au futur empereur d’Autriche et l’accompagne à Vienne pour l’annonce officielle de leur union. Mais alors qu’elle s’échappe de la surveillance maternelle pour aller pêcher, elle rencontre sans le reconnaître l’héritier impérial qui tombe immédiatement sous le charme de cette jeune fille spontanée. La vie de Sissi va alors changer à tout jamais…

Seconde partie :
La jeune Sissi va connaître un destin hors du commun car elle sera, un jour, couronnée impératrice de l’Autriche et de la Hongrie. Gardera-t-elle son tempérament fougueux, pourtant difficilement compatible avec ses nouvelles fonctions ? Le naturel de la belle Sissi restera de toute façon son meilleur atout.

 

 

On connait tous la version de Sissi avec Romy Schneider. Voici une autre version italienne sous forme de mini série qui met l’accent sur la véritable histoire de Sissi et ses difficultés à s’intégrer, mais aussi avec sa famille, ses enfants et la politique. Une version très intéressante et d’ailleurs les acteurs se débrouillent très bien.

Il Falco e la Colomba

1138312258_1_3_hdsqph6m

Le beau mais néanmoins court roman « L’Abbesse de Castro », par Stendhal, publié en 1839, raconte les amours tumultueuses entre Elena Campireali, appartenant à une famille illustre et Giulio Branciforte, fils de Bandit.
Cette oeuvre est inspirée de la mini-série télévisée « Le faucon et la colombe», produit par les frères De Angelis et dirigé par Giorgio Serafini.

8 épisodes

Histoire:

‘Il falco e la Colomba » est un drame en six épisodes, se déroulant à Rome dans les années 500, où l’on peut voir Giulio Berruti dans le rôle de Jules Branciforte un capitaine d’origine modeste, à la solde du cardinal Pompeo Colonna, qui cherche à renverser le pape Clément VII du trône pontifical.
Son histoire d’amour avec Elena Campireali (Cosima Coppola) est une chose impossible, destiné à défier les conventions sociales et de l’opportunisme politique, parce que la jeune fille, la fille de Lord Campireali, vient de quitter le couvent de Castro et devient l’épouse du prince Savelli, un banquier puissant.

giulio-berruti-in-una-scena-della-fiction-mediaset-il-falco-e-la-colomba-124181il-falco-e-la-colomba-234x300colomba-4-200x300

 

Blackmoore de Julianne Donaldson

couv8801245

Synopsis:

Jeune femme déterminée, Kate Worthington souhaite ne jamais se marier.
Afin d’échapper à une famille qu’elle abhorre, elle projette de partir pour les Indes. Malheureusement, sa mère a d’autres projets pour elle et l’oblige à conclure un marché : elle sera libre de s’y rendre si elle parvient à refuser trois demandes en mariage. Kate se rend alors au manoir de Blackmoore et retrouve son cher ami d’enfance, Henry Delafield. Au coeur des landes sauvages, Kate doit faire face à la vérité qui a maintenu son coeur captif.
Cette demande en mariage la libérera-t-elle vraiment ?

 

Mon avis:

Voici un livre que j’ai adoré découvrir, on peut dire que c’est un coup de coeur. Il possède toutes les clés de succès.  Les personnages sont fort et ont ne les quitte plus une fois qu’on a fait leur connaissance. Ils sont vraiment attachant. Et les lieux donnent envie d’y aller et d’y rester. Il est vrai qu’au début Kate m’énervait un peu, elle faisait petite fille gâtée, mais c’est vite passé. Henry est super, on peut dire que je suis tombée sous son charme ! A de nombreux moments dans l’histoire j’ai pensé à Jane Austen, ou plus précisément à Orgueil et Préjugés et Northanger Abbey, pour les lieux mais aussi les personnages. J’ai bien aimé comment l’auteur a inséré ces retours en arrière dans le passé de Kate. Ils étaient placés au bon moment et de la meilleure des manières.
Vous l’aurez compris cette histoire m’a vraiment touchée. Elle est de qualité et nous transporte dans un univers que je vous conseille de découvrir.