Pirates des Caraibes: La vengeance de Salazar

jc-pdc5-page-new

Synopsis:

Les temps sont durs pour le Capitaine Jack, et le destin semble même vouloir s’acharner lorsqu’un redoutable équipage fantôme mené par son vieil ennemi, le terrifiant Capitaine Salazar, s’échappe du Triangle du Diable pour anéantir tous les flibustiers écumant les flots… Sparrow compris ! Le seul espoir de survie du Capitaine Jack est de retrouver le légendaire Trident de Poséidon, qui donne à celui qui le détient tout pouvoir sur les mers et les océans. Mais pour cela, il doit forger une alliance précaire avec Carina Smyth, une astronome aussi belle que brillante, et Henry, un jeune marin de la Royal Navy au caractère bien trempé. À la barre du Dying Gull, un minable petit rafiot, Sparrow va tout entreprendre pour contrer ses revers de fortune, mais aussi sauver sa vie face au plus implacable ennemi qu’il ait jamais eu à affronter…

 

Mon avis:

Grande amoureuse de la saga, je ne pouvais pas passer à côté de ce nouvel opus que j’ai eu la chance de voir en avant première. Comme tous les films, on se demande dès le premières minutes comment le capitaine Jack Sparrow va faire son entrée. Et comme toujours, elle est spectaculaire ! On retrouve notre pirate préféré dans des situations plus rocambolesques les unes que les autres.

Après une déception avec le dernier film, celui-ci remonte la pente. Il est vraiment dans la veine du premier. On passe de bons moments à avoir des fous rires, et à se demander comment il va s’en sortir encore une fois. On retrouve des personnages connus, comme le capitaine Barbossa ou encore Monsieur Gibbs, mais aussi une nouvelle intrigue de nouveaux personnages et de nouveaux rebondissements. On fait ainsi la connaissance du fils de William Turner et Elisabeth Swann, le jeune Henry qui est aussi insignifiant que son père. Et il y a Carina, un personnage qui nous fait penser à Elisabeth. Elle est forte, mature et en dehors de son temps. J’ai eu un coup de cœur pour son personnage, même si des fois je trouvais que le décalage était un peu trop. Et bien sûr notre nouveau méchant, le capitaine Salazar, qui est clairement impressionnant. Davy Jones n’est rien à côté de lui !

Bref encore un bon moment de passer avec mon pirate préféré, que j’ai hâte de revoir. Oui j’irai bien le voir au cinéma une deuxième fois.

Mais surtout n’oubliez pas d’attendre la fin du générique pour voir le court métrage que l’on nous réserve à chaque fois.