Opium de Maxence Fermine

couv46870582

Synopsis:

C’est une route aux mille parfums, aux mille périls aussi : celle qui, partant de Londres pour atteindre les Indes, se perd irrémédiablement dans l’Empire de la Chine. Un périple que l’on nomme la route du thé. Pour la première fois, en 1838, un homme va s’y aventurer, décidé à percer le secret des thés verts, bleus et blancs, inconnus en Angleterre. Au fil de son voyage, il va rencontrer Pearle, un riche négociant irlandais, Wang, le gardien de la vallée sacrée, Lu Chen, l’invisible empereur du thé, et Loan, une Chinoise aux yeux verts qui porte, tatouée sur son épaule, une fleur de pavot. Au terme de sa quête, l’opium. Un amour que l’on ne choisit pas.

 

Mon avis:

Voici un livre que l’on m’a chaudement recommandé et que j’ai finit par lire. Ce livre, qui se lit très vite, nous emmène dans un voyage exotique, sur la route du thé. L’écriture est envoûtante et riche en poésie.  Tout en sensibilité, on passe un très bon moment a suivre Charles qui réalise ainsi son rêve, découvrir les origines du thé et ses différentes variétés encore inconnues en Angleterre. Une boisson que d’ailleurs je raffole aussi. Même si j’ai passé un bon moment à lire le périple de notre personnage, je n’ai pour autant pas réussit à m’attacher à celui-ci, peut être que le nombre de pages en est aussi la cause.

Jane Eyre de Charlotte Brontë

couv14623796

Synopsis:

Jane Eyre est pauvre, orpheline, pas très jolie. Pourtant, grâce à sa seule force de caractère, et sans faillir à ses principes, elle parviendra à faire sa place dans la société rigide de l’Angleterre victorienne et à trouver l’amour…

 

Mon avis:

Voici un classique que tous connait et qui traîne dans ma PAL depuis un moment. Après avoir vu un bon nombre d’adaptation de ce livre, dont la plus récente de 2011 avec Mia Wasikowska, je me suis décidée de découvrir l’oeuvre originale.

Tout d’abord, j’ai vraiment adoré l’écriture de Charlotte Brontë, qui est très poétique et envoûtante.

Dès les premières pages, on fait la connaissance de l’héroïne de notre roman. Jane est quelqu’un de très courageuse et insoumise. Dans cette société où la place des femmes est dictée, elle ne se laisse pas faire pour autant. Son passé difficile a su lui forger son caractère. Même si je connaissais l’histoire, je m’accrochais à mon livre pour savoir comment aller être raconter la suite des péripéties. L’auteur s’est nous tenir en haleine merveilleusement bien. On ne se doute pas de la tournure prochaine des événements.

Cette lecture a été une agréable surprise et je suis fière de l’avoir sortit enfin de ma PAL.

 

 

 

 

Le Livre perdu des sortilèges, tome 1 de Deborah Harkness

Synopsis:

Diana Bishop est la dernière d’une longue lignée de sorcières, mais elle a renoncé depuis longtemps à son héritage familial pour privilégier ses recherches universitaires, une vie simple et ordinaire. Jusqu’au jour où elle emprunte un manuscrit alchimique : L’Ashmole 782. Elle ignore alors qu’elle vient de réveiller un ancien et terrible secret, et que tous – démons, sorcières et vampires – le convoitent ardemment. Parmi eux, Matthew Clairmont, un vampire aussi redoutable qu’énigmatique. Un tueur, lui a-t-on dit. Diana se retrouve très vite au coeur de la tourmente, entre un manuscrit maudit et un amour impossible.

Mon avis:

Globalement j’ai passé un bon moment à lire ce livre, mais si des fois je me suis ennuyée à cause de trop de longueur. J’avoue avoir sauté quelques lignes de temps en temps.
Dans ce livre on fait connaissance de Diana une femme forte, indépendante et qui souhaite utiliser le moins possible ces pouvoirs, ce qui cause l’incompréhension de sa famille. A coté, on fait la connaissance d’un vampire, Matthew Clairmont, qui souhaite avant tout en connaitre plus sur ce fameux livre, l’Ashmole 782. On fait aussi la connaissance d’autres créatures, les démons.
Ce qui m’a plu dans ce livre c’est la construction de l’histoire qui est très riche. On suit Diana et on apprend avec elle les mystères qu’entour sa magie. Il y a aussi des passages techniques qui ont été plaisant à découvrir, concernant l’ADN.
Je dirais que j’ai passée un bon moment à lire ce livre, malgré les longueurs et le trop de description. Je lirais forcément le tome 2 pour connaitre la suite de l’aventure, mais pas tout de suite.

Quand on a le bonheur d’aimer, tout le reste est vil sur la terre de Beaumarchais

Synopsis:

A l’âge de cinquante-sept ans, après une vie amoureuse déjà fort remplie, Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais rencontre Amélie Houret de La Morinaie, qui sera sa dernière maîtresse. Il s’éprend follement de cette femme qui excite le désir et feint la vertu. Leur liaison, à laquelle ne manqueront ni les scènes de jalousie ni les déclarations torrides, s’éclaire grâce à la correspondance, longtemps inédite, que les amants échangèrent pendant plus de dix ans.  » Nos corps, doux instruments de nos jouissances, n’auraient que des plaisirs communs sans cet amour divin qui les rend sublimes.  »

Mon avis:

En ce jour de Saint Valentin, ce livre est parfaitement dans le thème. On y découvre des lettres d’amour entre Beaumarchais et sa maîtresse. Ce livre est remplit de beauté. Les mots, les phrases sont comme des poèmes, des odes à l’amour. J’ai vraiment passée un bon moment à lire ses lettres. Un petit secret: je rêve même secrètement de recevoir ce genre de déclaration!
Le seul gros problème de ce livre, et qu’il manque des lettres, on ne peut pas vraiment suivre et bien comprendre leur histoire. Mais cela ne m’a pas empêché d’apprécier ce livre, surtout l’ayant savourer sur plusieurs jours.

L’art de choisir sa maîtresse et autres conseils indispensables de Benjamin Franklin

Synopsis:

Inventeur du paratonnerre et respectable rédacteur de la Constitution américaine, Benjamin Franklin était aussi, on le sait moins, un facétieux chroniqueur. Dans ces textes impertinents et excentriques, il prodigue une série de recommandations réjouissantes, de l’art de choisir sa maîtresse (en huit excellentes raisons, dont la plus surprenante est sans doute qu’elle ne doit pas être trop jeune…) à la meilleure façon de transporter un serpent à sonnettes, ou de devenir la reine des commères. Preuve, s’il en était besoin, que l’humour ne connaît ni les frontières ni les âges.

Mon avis:

Benjamin Franklin est un homme aux multiples talents. Et un que je ne lui connaissais pas encore est son humour. Ce livre est très agréable à lire, et pratique quand on est dans les transports, ou que l’on attend un rendez vous. Il est composé de plusieurs lettres avec des thèmes différents. J’ai vraiment passé un bon moment avec ce livre. Benjamin Franklin écrit extrêmement bien, et il est très agréable à lire. J’ai bien rit aussi, ce qui m’arrive assez rarement avec un livre. A savoir que le titre du livre ne fait pas référence à toutes les lettres qui y sont présentes. Il y a même une chanson à boire!

Bref une bonne découverte et je compte bien me procurer d’autres livres de cette collection « La lettre et la plume » qui me semble prometteuse.