Blanche Neige de Benjamin Lacombe, Jacob Grimm et Wilhelm Grimm

couv58088826

Synopsis:

Il était une fois, au coeur de l’hiver, une reine qui cousait à sa fenêtre. Par le cadre d’ébène, elle contemplait les flocons de neige qui voletaient dans le ciel, telles des plumes. Soudain elle se piqua le doigt, et trois gouttes de sang tombèrent sur la neige. Le rouge était si beau sur la blancheur éclatante qu’elle songea :  » Ah ! Si seulement j’avais un enfant à la peau blanche comme neige, aux lèvres aussi rouges que le sang et aux cheveux noirs d’ébène !  »

 

Mon avis:

J’ai bien aimé à travers cet album redécouvrir le conte des frères Grimm que l’on connait tous. Certes depuis le temps qu’il m’a été conté , j’avais un peu oublié comment l’histoire se déroulait. Cela me donne envie de me replonger dans ces classiques.

Concernant les illustrations, vous savez tous que je suis fan de Benjamin Lacombe. Hé bien encore une fois, j’ai été enchanté de découvrir cet ouvrage. Les dessins sont justes sublimes. Je vous invite à le découvrir, vous ne serez pas déçu.

Les amants papillons de Benjamin Lacombe

L’histoire:

Ce qui intéresse Naoko, c’est d’étudier la littérature ou les haïkus . Pour parvenir à ses fins, elle part à Kyoto, déguisée en garçon, et rencontre Kamo. Inspirée d’une légende populaire, cette histoire romantique est superbement soutenue par de grandes et belles illustrations.

 

Mon avis:

Etant amoureuse des beaux dessins de Benjamin Lacombe, j’ai continué ma découverte avec Les amants papillons. L’histoire raconté ici m’a fortement fait penser au dessin animé Mulan. Cette jeune fille qui remplace son père au combat et se déguise en homme. Ici Naoko ne se déguise pas pour aller combattre mais pour étudier la littérature, ce qui est proscrit pour les femmes. Elle rencontre ainsi Kamo avec qui elle lie une amitié et même plus.

Je n’irai pas plus loin pour ne pas vous dévoiler la fin, mais l’histoire est belle et poétique. Malheureusement ces albums se lisent beaucoup trop vite. Mais bon on peut quand même savourer les magnifiques dessins de Benjamin Lacombe!

La petite sorcière de Benjamin Lacombe

L’histoire:
Alors qu’elle explore le grenier de sa grand-mère, Lisbeth découvre un étrange et poussiéreux grimoire. En tournant les pages, elle apprend que sa douce grand-mère Olga serait une sorcière. Et la petite fille n’est pas au bout de ses surprises.

Mon avis:

Un deuxième livre de Benjamin Lacombe que j’ai aimé autant que ma première lecture (Ondine). Pour celui ci, en plus des magnifiques dessins, j’ai bien aimé l’histoire. On s’identifie assez facilement à cette petite fille et à la surprise de ses découvertes.

J’ai d’autant plus apprécié cette lecture vu que j’avais le grimoire des sorcières en main. En effet dans le livre, il y a de temps en temps des mentions de pages, et ça a été du coup agréable d’avoir les deux livres entre mes mains, pour continuer la découverte avec Lisbeth

Bref un vrai coup de coeur autant pour l’histoire que pour les illustrations 🙂

Ondine de Benjamin Lacombe

L’histoire:
Benjamin Lacombe revient avec le mythe d’Ondine à ses amours romantiques et pré-raphaélites. Inspiré par les textes de Friedrich de La Motte-Fouqué et la pièce de Jean Giraudoux, il propose sa version du conte, où prédominent des images très picturales faisant écho aux peintures de Millais ou Waterhouse. Par un savant jeu de calques imprimés, il fait émerger toute la sensualité et la transparence de cet univers aquatique. Vibrant pour le beau chevalier Huldebrande, Ondine se noie dans les tumultes de l’amour, ses marivaudages et ses trahisons. Un grand conte, une épopée romantique dont les thématiques résonnent de manière étonnamment moderne.

Mon avis:

Ce livre est juste magnifique. Je dirais qu’il faudrait avoir au moins une fois avoir eu un livre de Benjamin Lacombe entre ses mains. La puissance du livre n’est pas l’histoire, comme on pourrait penser, mais les dessins sublimes.

J’aime beaucoup les livres et contes pour enfants. On peut dire au moins qu’avec celui ci je n’ai pas été déçu. Peut être juste le tarif, qu’ils font qu’ils ne sont pas facilement accessible.