Pirates des Caraibes: La vengeance de Salazar

jc-pdc5-page-new

Synopsis:

Les temps sont durs pour le Capitaine Jack, et le destin semble même vouloir s’acharner lorsqu’un redoutable équipage fantôme mené par son vieil ennemi, le terrifiant Capitaine Salazar, s’échappe du Triangle du Diable pour anéantir tous les flibustiers écumant les flots… Sparrow compris ! Le seul espoir de survie du Capitaine Jack est de retrouver le légendaire Trident de Poséidon, qui donne à celui qui le détient tout pouvoir sur les mers et les océans. Mais pour cela, il doit forger une alliance précaire avec Carina Smyth, une astronome aussi belle que brillante, et Henry, un jeune marin de la Royal Navy au caractère bien trempé. À la barre du Dying Gull, un minable petit rafiot, Sparrow va tout entreprendre pour contrer ses revers de fortune, mais aussi sauver sa vie face au plus implacable ennemi qu’il ait jamais eu à affronter…

 

Mon avis:

Grande amoureuse de la saga, je ne pouvais pas passer à côté de ce nouvel opus que j’ai eu la chance de voir en avant première. Comme tous les films, on se demande dès le premières minutes comment le capitaine Jack Sparrow va faire son entrée. Et comme toujours, elle est spectaculaire ! On retrouve notre pirate préféré dans des situations plus rocambolesques les unes que les autres.

Après une déception avec le dernier film, celui-ci remonte la pente. Il est vraiment dans la veine du premier. On passe de bons moments à avoir des fous rires, et à se demander comment il va s’en sortir encore une fois. On retrouve des personnages connus, comme le capitaine Barbossa ou encore Monsieur Gibbs, mais aussi une nouvelle intrigue de nouveaux personnages et de nouveaux rebondissements. On fait ainsi la connaissance du fils de William Turner et Elisabeth Swann, le jeune Henry qui est aussi insignifiant que son père. Et il y a Carina, un personnage qui nous fait penser à Elisabeth. Elle est forte, mature et en dehors de son temps. J’ai eu un coup de cœur pour son personnage, même si des fois je trouvais que le décalage était un peu trop. Et bien sûr notre nouveau méchant, le capitaine Salazar, qui est clairement impressionnant. Davy Jones n’est rien à côté de lui !

Bref encore un bon moment de passer avec mon pirate préféré, que j’ai hâte de revoir. Oui j’irai bien le voir au cinéma une deuxième fois.

Mais surtout n’oubliez pas d’attendre la fin du générique pour voir le court métrage que l’on nous réserve à chaque fois.

L’espionne de Tanger

l-espionne-de-tanger

1936, Madrid. Sira est la fille d’une ouvrière qui lui a enseigné la couture toute petite. Amoureuse d’un bel escroc, elle quitte l’Espagne pour Tanger où il l’abandonne vite. Sira doit travailler en tant que couturière. Mais sa vie prend alors une tournure inattendue : elle collabore avec les services secrets britanniques quand la Seconde Guerre mondiale éclate…

Après Grand Hôtel, voici la nouvelle saga venue d’Espagne, avec Adriana Ugarte, Elvira Minguez, Raul Arevalo et Carlos Santos.

Cette saga est adaptaté du best-seller mondial de MARIA DUEÑAS, L’ESPIONNE DE TANGER. Une magnifique série récompensée par 14 Prix et traduit dans 25 langues !

Le talent et la beauté d’ADRIANA UGARTE (Julieta de Pedro Almodovar) éclatent dans le rôle de l’héroïne Sira.

 

Mon avis:

Cette série espagnole de 17 épisodes mêle couture et espionnage. On suit le destin de la jeune Sira dans les années 30 en Espagne, qui fait ses premiers pas en tant que couturière. Insouciante et naïve, elle suit son amoureux au Maroc, qu’elle pensait être l’homme de sa vie. Après multiples épreuves, la jeune fille va devenir une jeune femme et une espionne des services secrets britannique.

La série est une belle réussite, et elle est portée par le talent de Adriane Ugarte qui incarne le rôle principal. On est avec elle au fil des épisodes, amoureuse, fière, stessée, et inquiéte. Outre son talent, la série nous emporte dans des décors sublimes (Espagne, Maroc et Portugal) et nous fait découvrir aussi la mode de l’époque. Passionnée de beaux costumes, vous serez servi ! J’ai apprécié aussi découvrir la Seconde guerre mondiale du point de vue des espagnols, qui est une première pour moi.

Voici encore une série qui je vous recommande vivement à tous les amoureux d’Histoire et de romance.

Le coffret L’espionne de Tanger est disponible chez Koba Films Merci à vous de nous avoir permis de découvrir cette superbe série.

La Freccia Nera

 

« La flèche noire », librement inspiré du roman de Robert Louis Stevenson, est un récit d’aventure et d’amour se déroulant en Italie au XVe siècle. Les protagonistes sont les jeunes Marco (Riccardo Scamarcio), fils du noble défunt Richard, et la belle et courageuse Giovanna (Martina Stella), dont les parents ont mystérieusement disparu alors qu’elle était encore petite.
Marco a été adopté par Raniero de Rottenburg (Ennio Fantastichini) qui guide la mise en place des principes fidèle à l’empereur, contre les factions des évêques les liés à la papauté, dirigé par Cusano (Miquel Herz-Kestranek), prince-évêque Bressanone.
Marco rencontre pour la première fois dans Giovanna au cours d’une bataille. Ne réalisant pas que le soldat en face de lui est en réalité une fille, il la fait prisonnière. Giovanna, durant la bataille défendait Cusano.
L’aventure commence ainsi. Marco et Giovanna apprendront à se connaître mutuellement et à commencer un voyage ensemble qui les conduira à la recherche de la vérité contre un passé plein de mensonges.
Dans le contexte de la période historique qui voit l’opposition entre l’Empire et la papauté, symboles d’une mentalité médiévale, et d’un esprit novateur et humaniste. Marco commence à y croire, en choisissant pour lui-même un nouveau destin, qui lui fera comprendre la différence entre le bien et le mal. Pour Giovanna, cependant, sa lutte pour défendre Cusano et son amour pour Marco sera l’occasion de mûrir et d’accepter sa féminité, son identité de femme à part entière.

 

Cette série italienne date de 2006 et je vous la conseille.

Sissi, la naissance d’une imperatrice

Première partie :
Sissi se réjouit que sa sœur, Hélène, soit promise au futur empereur d’Autriche et l’accompagne à Vienne pour l’annonce officielle de leur union. Mais alors qu’elle s’échappe de la surveillance maternelle pour aller pêcher, elle rencontre sans le reconnaître l’héritier impérial qui tombe immédiatement sous le charme de cette jeune fille spontanée. La vie de Sissi va alors changer à tout jamais…

Seconde partie :
La jeune Sissi va connaître un destin hors du commun car elle sera, un jour, couronnée impératrice de l’Autriche et de la Hongrie. Gardera-t-elle son tempérament fougueux, pourtant difficilement compatible avec ses nouvelles fonctions ? Le naturel de la belle Sissi restera de toute façon son meilleur atout.

 

 

On connait tous la version de Sissi avec Romy Schneider. Voici une autre version italienne sous forme de mini série qui met l’accent sur la véritable histoire de Sissi et ses difficultés à s’intégrer, mais aussi avec sa famille, ses enfants et la politique. Une version très intéressante et d’ailleurs les acteurs se débrouillent très bien.

Il Falco e la Colomba

1138312258_1_3_hdsqph6m

Le beau mais néanmoins court roman « L’Abbesse de Castro », par Stendhal, publié en 1839, raconte les amours tumultueuses entre Elena Campireali, appartenant à une famille illustre et Giulio Branciforte, fils de Bandit.
Cette oeuvre est inspirée de la mini-série télévisée « Le faucon et la colombe», produit par les frères De Angelis et dirigé par Giorgio Serafini.

8 épisodes

Histoire:

‘Il falco e la Colomba » est un drame en six épisodes, se déroulant à Rome dans les années 500, où l’on peut voir Giulio Berruti dans le rôle de Jules Branciforte un capitaine d’origine modeste, à la solde du cardinal Pompeo Colonna, qui cherche à renverser le pape Clément VII du trône pontifical.
Son histoire d’amour avec Elena Campireali (Cosima Coppola) est une chose impossible, destiné à défier les conventions sociales et de l’opportunisme politique, parce que la jeune fille, la fille de Lord Campireali, vient de quitter le couvent de Castro et devient l’épouse du prince Savelli, un banquier puissant.

giulio-berruti-in-una-scena-della-fiction-mediaset-il-falco-e-la-colomba-124181il-falco-e-la-colomba-234x300colomba-4-200x300

 

Period Drama: mon top 10

Comme vous le savez peut être, j’adore regarder des period drama, des films et séries d’époque en costume. D’ailleurs je suis membre d’un forum où je m’occupe du timing et de l’encodage de vidéo de ce genre. J’ai aussi fait équipe (il y a bien longtemps) pour la traduction d’une série espagnole. Sur l’idée du blog « Dans le manoir aux livres » j’ai décidé de vous en parler un peu plus en vous présentant mon top 10, qui n’a d’ailleurs pas été facile à réaliser.

 

1.Orgueil et Préjugés

orgueiletprejuges1995

Ce top ne peut commencer que par cette superbe adaptation de l’oeuvre de Jane Austen par la BBC

 

2. Downton Abbey

Downton_Abbey_season_1

Une super série que je peux forcément que citer dans ce top.

 

3. Victoria, les jeunes années d’une reine

64213

Ce film retrace l’histoire d’amour de la reine Victoria et du prince Albert. Si vous ne l’avez pas encore vu, je peux que vous le recommander.

 

4. Nord et Sud

téléchargement

Nouvelle série basée sur l’adaptation de l’oeuvre de Elisabeth Gaskell. La BBC nous gâte avec de très belles réalisations

 

5. Grand Hotel

3181791513_1_2_SyBUmkWA

Série espagnole qui peut faire penser à Downton Abbey, mais avec une note d’Agatha Christie dans le scénario.

 

6. La Figlia di Elisa

La_figlia_di_Elisa_–_Ritorno_a_Rivombrosa

Série italienne qui fait suite à la série « Elisa di Rivombrosa ». Quand je compare les deux séries, je trouve que finalement la deuxième partie est mieux que la première. Je pense que surtout, les tendances un peu violente de Francis, un personnage principal, me gêne.

 

7. L’héritière

518lCfiLTvL._SY300_

Film américain qui s’inspire de faits réels, et fait notamment référence aux préjugés sur les femmes et leurs manquent de libertés

 

8. Quatre saisons à Mellstock

under_the_greenwood_tree

Film inspiré de l’oeuvre de Thomas Hardy du même nom

 

9. Tierra de Lobos

34174

Nouvelle série espagnole qui a connue un grand succès

 

10. La baronessa di Carini

3006138667_2_7_X1CeW1xI

Mini série italienne basée sur la légende sicilienne de la baronne de Carini

 

Et bien d’autres…

Sans titre-1

The last kingdom

last_kingdom_xlg

Synopsis:

En Angleterre, au 9ème siècle, Uhtred, le fils d’un noble, kidnappé par les Vikings lorsqu’il était enfant, doit choisir entre son pays natal et le peuple qui l’a élevé.

 

Mon avis:

Après le succès de la série « Vikings » proposée par la chaîne History, c’est au tour de la BBC de proposer une série sur les guerres nordiques. Le scénario de cette série est basé sur la saga de Bernard Cornwell, Les Chroniques Saxonnes.

J’ai vraiment trouvé l’histoire très bien amené. Dès le premier épisode, nous sommes emmenés dans ce monde de conflit. On s’attache très vite au personnage principal, qui est Uhtred et on le suit avec plaisir dans sa quête. L’intrigue est riche et promet des rebondissements au fur et à mesure de l’histoire. Il y aura des combats, des vengeances, des conquêtes, mais aussi des cœurs à prendre.

La saison 1 vient de finir en VO. Une saison 2 a été commandé.

 

 

La dama velata

150big

Synopsis:

L’évolution d’une famille du début du XXe siècle, encore marquée par des règles sociales strictes, et qui se dirige vers un fonctionnement moderne.

 

Mon avis:

La dama velata est une série italienne que j’ai eu envie de vous faire découvrir. On y fait connaissance avec Clara Grandi, l’héroïne de l’histoire, une jeune comtesse rejetée par sa famille. Son père Vittorio fortement attaché à sa femme Elena, lui reproche la mort en couche de cette dernière, et l’abandonne pendant près de 20 ans aux paysans du village. Il finit par aller la rechercher pour lui imposer un mariage arrangé avec le comte Guido Fossa, un Don Juan coureur de jupon. Un grand amour ne tarde pas à s’installer entre les deux époux, dont une fille Aurora naît de cette union.
Son bonheur est tout de même de courte durée, et Clara devra découvrir les mystères qu’entourent sa famille et les secrets de sa naissance.

J’ai beaucoup aimé le personnage de Clara, une femme forte et moderne. On s’y attache très facilement. L’histoire nous tiens en haleine du début à la fin. Tout comme Clara, on cherche à découvrir le fameux secret de sa famille. Suspense et romantisme se mêlent tout au long de la série.


Lorna Doone

2zzqdrk

HISTOIRE:

Le clan des Doone fait régner la terreur à Exmoore, dans le sud ouest de l’Angleterre, à la fin du XVIIème siècle. Cette famille, issue d’une très noble lignée a été réduite au brigandage. Le héros, John Ridd, perd son père, alors qu’il n’est encore qu’un enfant, assassiné par les Doone. Tout le monde les craint, aussi le meurtre reste impuni. Un jour, John s’aventure sur le terrain des Doone. Il y rencontre une magnifique petite fille, dont il tombe éperdument amoureux. Mais comment pourrait-il aimer, sans honte, la fille du clan meurtrier de son père ? Comment les Doone pourraient-ils accepter de voir l’une des leurs épouser un simple fermier ? Parce que Lorna est belle, et est promise au cruel Carver Doone, qui possède déjà un grand nombre de femmes, victimes de rapts pour la plupart.

3009551347_1_3_pouyvrug

Terra Ribelle

1140815774_2_3_u0ol2hqu

On pourrait qualifier cette fiction de “Romantic-western”, composée de 7 épisodes. Nous nous retrouvons plongé dans la “Maremma” (un région rurale de la Toscane) au milieu du 19ème siècle. Andrea (Rodrigo Guirao Diaz) et Iacopo (Fabrizio Bucci) sont des amis depuis leur enfance et on grandit ensemble. Le premier est le fils d’une servante et l’autre le fils du propriétaire terrien. Andrea a une personnalité généreuse et solaire, Iacopo est plus introverti et lâche. Ils tombent amoureux de la même femme, Elena (Anne Favella), dont la soeur Luisa (Sabrina Garciarena) a été promise en mariage à Iacopo par le père des deux jeunes femmes. En effet, celui-ci, malgré son titre de conte est tombé en disgrace financière (en raison d’une malversation financière de sa banque …) et afin d’éponger ses dettes se voit dans l’obligation de donner sa fille aînée en mariage à Iacopo. Elena n’est intéressée que par Andrea, lequel l’a sauvée d’un assaut de brigands.

Ce feuilleton traite également de l’injustice entre riches et pauvres, ainsi que de droits des femmes, à une époque où leurs droits étaient fortement limités ou elles étaient également traitées comme marchandises d’échange (des sujets toujours d’actualité malheureusement). En effet, Elena rêve de devenir médecin. Elle étudie assidûment chez elle et se rend aux cours de l’Université de Florence déguisée en garçon, jusqu’au jour où elle sera découverte et bannie comme une criminelle. C’est également ici qu’elle rencontrera un jeune officier des carabiniers, mais son cœur appartient à jamais à Andrea, le gardien de chevaux.

1140871988_2_3_w0bqipxlterra-ribelle

Paddington

Synopsis:

Paddington raconte l’histoire d’un jeune ours péruvien fraîchement débarqué à Londres, à la recherche d’un foyer et d’une vie meilleure. Il réalise vite que la ville de ses rêves n’est pas aussi accueillante qu’il croyait. Par chance, il rencontre la famille Brown et en devient peu à peu un membre à part entière.

Mon avis:

Paddington est vraiment un bon film à regarder en famille ou pour se détendre. Niveau casting on retrouve de très bons acteurs comme Hugh Bonneville, que l’on peut voir dans Downton Abbey (Monsieur Crawley), ou encore Nicole Kidman qui incarne ici la méchante diabolique. Si vous ne l’avez pas encore vu, l’histoire vous fera craquer. D’ailleurs n’êtes vous pas conquis par la bouille de notre petit ourson Paddington!? Même si l’histoire est simple, pleins de messages y sont cachés que se soit pour les petits comme pour les grands, comme la tolérance, le respect d’autrui…
Bon visionnage à tous !

Grand Hotel

Espagne, 1905. Julio Olmedo, jeune homme d’origine modeste se rend à Cantaloa pour rendre visite à sa sœur Cristina, employée comme femme de chambre au prestigieux Grand Hôtel. A son arrivée, il découvre qu’elle a été renvoyée et qu’elle n’a pas donné signe de vie depuis plus d’un mois… Persuadé que sa disparition cache quelque chose, Julio décide de rester et s’installe au Grand Hôtel. Se gardant bien de révéler sa véritable identité, le jeune homme parvient à se faire embaucher en tant que serveur pour ce qui lui permet de débuter son enquête… et de faire la connaissance de la très belle Alicia, la fille de Doña Teresa Alarcón, la propriétaire du Grand Hôtel… Mais Julio va vite découvrir qu’au Grand Hôtel, personne n’est ce qu’il paraît être. Personne n’est à l’abri du danger et de la suspicion…Un réseau complexe de mensonges, d’amour, de secrets et de trahison… dans un cadre incomparable

Mon avis:

Voici une série espagnole que je souhaite vous faire découvrir si ce n’est pas déjà fait! Elle est composé de 3 saisons. Seulement les deux premières sont disponibles en français à ce jour. La saison 3 apparaît progressivement en sous titré.

Pour ceux qui ne connaissent pas cette série, je suis sur que de prime abord vous allez penser à Downton Abbey. Eh bien détrompez vous, cette impression sera vite oubliée!

Dans cette série on fait la connaissance de la famille Alarcon qui dirige d’une main de maitre ce grand hotel. L’intrigue s’installe très vite et évolue à chaque épisode. Au programme: romantisme, action, trahison, complot, manipulation…

Bref une bonne série sur un fond policier au début du XXème siècle en Espagne