Pirates des Caraibes: La vengeance de Salazar

jc-pdc5-page-new

Synopsis:

Les temps sont durs pour le Capitaine Jack, et le destin semble même vouloir s’acharner lorsqu’un redoutable équipage fantôme mené par son vieil ennemi, le terrifiant Capitaine Salazar, s’échappe du Triangle du Diable pour anéantir tous les flibustiers écumant les flots… Sparrow compris ! Le seul espoir de survie du Capitaine Jack est de retrouver le légendaire Trident de Poséidon, qui donne à celui qui le détient tout pouvoir sur les mers et les océans. Mais pour cela, il doit forger une alliance précaire avec Carina Smyth, une astronome aussi belle que brillante, et Henry, un jeune marin de la Royal Navy au caractère bien trempé. À la barre du Dying Gull, un minable petit rafiot, Sparrow va tout entreprendre pour contrer ses revers de fortune, mais aussi sauver sa vie face au plus implacable ennemi qu’il ait jamais eu à affronter…

 

Mon avis:

Grande amoureuse de la saga, je ne pouvais pas passer à côté de ce nouvel opus que j’ai eu la chance de voir en avant première. Comme tous les films, on se demande dès le premières minutes comment le capitaine Jack Sparrow va faire son entrée. Et comme toujours, elle est spectaculaire ! On retrouve notre pirate préféré dans des situations plus rocambolesques les unes que les autres.

Après une déception avec le dernier film, celui-ci remonte la pente. Il est vraiment dans la veine du premier. On passe de bons moments à avoir des fous rires, et à se demander comment il va s’en sortir encore une fois. On retrouve des personnages connus, comme le capitaine Barbossa ou encore Monsieur Gibbs, mais aussi une nouvelle intrigue de nouveaux personnages et de nouveaux rebondissements. On fait ainsi la connaissance du fils de William Turner et Elisabeth Swann, le jeune Henry qui est aussi insignifiant que son père. Et il y a Carina, un personnage qui nous fait penser à Elisabeth. Elle est forte, mature et en dehors de son temps. J’ai eu un coup de cœur pour son personnage, même si des fois je trouvais que le décalage était un peu trop. Et bien sûr notre nouveau méchant, le capitaine Salazar, qui est clairement impressionnant. Davy Jones n’est rien à côté de lui !

Bref encore un bon moment de passer avec mon pirate préféré, que j’ai hâte de revoir. Oui j’irai bien le voir au cinéma une deuxième fois.

Mais surtout n’oubliez pas d’attendre la fin du générique pour voir le court métrage que l’on nous réserve à chaque fois.

Dédé le dodo de Sophie Pujas

dede-le-dodo-897723-264-432

Synopsis:

La petite Judith a changé d’école à cause du déménagement de sa famille. Triste d’avoir quitté ses amis, elle se lie avec Asphodèle, un dodo installé sur le balcon de sa chambre. Quand sa maman lui parle de la fille d’une collègue, Judith décide de garder Asphodèle pour elle.

 

Mon avis:

Ce petit album des éditions Alice est très touchant et attachant. On fait la connaissance de Judith, une petite fille qui est triste et perdue suite à un déménagement. Elle doit quitter ses amis, son école et sa ville qu’elle connaissait, et se retrouve dans un endroit inconnu. Judith se sent bien seule et n’arrive pas à s’intégrer. Mais voilà qu’un dodo entre en scène et aide notre petite à affronter cette nouvelle vie, ce nouveau départ. Dédé, le dodo, tisse ainsi un lien d’amitié très fort avec notre héroïne. Elle peut ainsi parler et échanger avec son nouvel ami, qui lui permet aussi de rencontrer une autre petite fille comme elle.

J’ai aimé le choix du dodo. Cet animal qui a malheureusement disparu à cause de nous. A la fin de ma lecture, je n’ai pu m’empêcher de penser à tous ces autres animaux qui sont traqués et en voie de disparition. Certains tentent de les protéger, d’autres les traquent pour leurs fourrures, leurs cornes… Le choix pour l’auteur de ce dodo, n’est pas anodin, et transmet pour moi un autre message.

Voilà un bel album rempli d’émotions. Les illustrations sont superbement réalisées, tout en harmonie avec le texte.

Merci à Babelio et à Alice Jeunesse pour cette découverte.

L’espionne de Tanger

l-espionne-de-tanger

1936, Madrid. Sira est la fille d’une ouvrière qui lui a enseigné la couture toute petite. Amoureuse d’un bel escroc, elle quitte l’Espagne pour Tanger où il l’abandonne vite. Sira doit travailler en tant que couturière. Mais sa vie prend alors une tournure inattendue : elle collabore avec les services secrets britanniques quand la Seconde Guerre mondiale éclate…

Après Grand Hôtel, voici la nouvelle saga venue d’Espagne, avec Adriana Ugarte, Elvira Minguez, Raul Arevalo et Carlos Santos.

Cette saga est adaptaté du best-seller mondial de MARIA DUEÑAS, L’ESPIONNE DE TANGER. Une magnifique série récompensée par 14 Prix et traduit dans 25 langues !

Le talent et la beauté d’ADRIANA UGARTE (Julieta de Pedro Almodovar) éclatent dans le rôle de l’héroïne Sira.

 

Mon avis:

Cette série espagnole de 17 épisodes mêle couture et espionnage. On suit le destin de la jeune Sira dans les années 30 en Espagne, qui fait ses premiers pas en tant que couturière. Insouciante et naïve, elle suit son amoureux au Maroc, qu’elle pensait être l’homme de sa vie. Après multiples épreuves, la jeune fille va devenir une jeune femme et une espionne des services secrets britannique.

La série est une belle réussite, et elle est portée par le talent de Adriane Ugarte qui incarne le rôle principal. On est avec elle au fil des épisodes, amoureuse, fière, stessée, et inquiéte. Outre son talent, la série nous emporte dans des décors sublimes (Espagne, Maroc et Portugal) et nous fait découvrir aussi la mode de l’époque. Passionnée de beaux costumes, vous serez servi ! J’ai apprécié aussi découvrir la Seconde guerre mondiale du point de vue des espagnols, qui est une première pour moi.

Voici encore une série qui je vous recommande vivement à tous les amoureux d’Histoire et de romance.

Le coffret L’espionne de Tanger est disponible chez Koba Films Merci à vous de nous avoir permis de découvrir cette superbe série.

Atlas du monde illustré – Documentaires en autocollants de Sam Lake

61CBAiQFrOL._SX394_BO1,204,203,200_

Synopsis:

Un voyage interactif autour du monde, avec des autocollants (monuments, animaux et gens) à placer au bon endroit pour apprendre tout en s’amusant.
Les illustrations claires et modernes font de ce premier atlas un ouvrage dynamique et attrayant.

 

Mon avis:

Voici un atlas que j’ai découvert grâce au blog Les billets de Fanny. Cet atlas est divisé en 11 chapitres s’occupant chacun d’une partie précise d’un continent (Europe continentale, Afrique australe, Amérique du sud…) On y découvre la faune et la flore, des monuments, des coutumes… liés à chaque zone géographique.

Via 350 autocollants on retourne en enfance, en les collants. Cet atlas est avant tout pour les enfants, mais je trouve un certain plaisir après une longue journée à passer un petit moment de détente culturelle à coller mes autocollants et à en découvrir plus sur le monde. Les illustrations sont colorées et vivantes. C’est un véritable plaisir de feuilleter cet atlas, et d’ensuite se renseigner sur les dernières découvertes.

Savez-vous ce qu’est une rafflésie, une église en bois debout, un samovar ou encore un boutre? Il s’agit ici d’un exemple de ce que j’ai pu découvrir grâce à cet atlas.

 

Si vous avez envie d’un petit moment de détente ou pour l’offrir à un enfant, je vous le conseille ! Bonne découverte et amusez-vous bien.

In My Mailbox #2 La foire du livre de Bruxelles

442056

In My Mailbox est un moyen de partager les livres reçus dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Rendez-vous animé par le blog Lire Ou Mourir.

 

Du 9 au 13 mars a eu lieu à Bruxelles La Foire du Livre. Je profite de cet article pour partager avec vous, les livres que j’ai acheté lors de cet événement.

 

couv39075770

 A l’époque des Précieuses en 1661, Mlle de Sévigné, fille de Madame et âgée de 16 ans, fait son entrée à la Cour. Françoise y vit nombre d’aventures sans toutefois en parler à sa mère notamment pour ce qui concerne l’enquête qu’elle mène afin de retrouver un papier compromettant qui prouverait l’existence d’une liaison entre sa mère et Fouquet. Serait-il le père secret de Mlle de Sévigné ?

 

 

couv70867148

 Huit contes « à la Prévert » (ou « à la Shrek » ou à « La rue Brocca », c’est selon) où, entre autres ennuis, un ogre perd subitement son appétit, un vampire se casse une dent, un roi et sa reine se disputent à propos d’une partie d’échecs…

 

couv38582290

C’est vrai que, comme disait mon père, on s’était pris une fameuse gifle… Le matin du 10 mai 40, la guerre était là. Rapidement, ce fut la débâcle. Le 22 juin, un armistice était signé avec l’Allemagne. Nous étions vaincus.
C’était l’été de nos 13 ans, à mon pote Eusèbe et moi. Et nous n’étions pas prêts à nous résigner !

 

41s2bigdnl7l-_sx361_bo1204203200_

Le chardon d’or, emblème de la famille Mc Dingelling a été dérobé par le clan rival, les Mc Klangbang. La Ribambelle décide d’accompagner Archibald qui part en Ecosse rejoindre son oncle. Nos héros se retrouvent rapidement au milieu de la lutte qui oppose les deux clans. Après « La voiture immergée », « La villa du Long-Cri », « La guerre des 7 fontaines », « La mauvaise tête » et « Chaminou et le Khrompire », « La Ribambelle en Écosse » de Roba rejoint cette collection qui met la bande dessinée au niveau des beaux-arts. Éditée avec un soin tout particulier, cette oeuvre initialement publiée dans Le journal de Spirou en 1963 fait partie des grands classiques incontestés de l’âge d’or de la bande dessinée franco-belge, à (re)découvrir dans des conditions optimales.

 

couv50503913

L’histoire d’un lion plein de maladresse, qui réussit à se faire couronner roi des animaux grâce aux conseils d’un singe. Avec un CD audio contenant le récit du livre en trois langues au choix.

 

couv18744345

Imaginez que la musique classique vous soit contée par les plus grands méchants de son Histoire…
Tout droit issus de l’imaginaire de célèbres compositeurs, le séduisant don Giovanni, le capitaine maudit du Vaisseau Fantôme, le Diable de la tentation de Faust, une ballerine fantomatique et jusqu’à la Mort elle-même décident de raconter leurs aventures à Luna, une jeune fille solitaire dont ils hantent les nuits.
Poèmes symphoniques mystérieux, airs d’opéra passionnés, concertos brillants : les œuvres les plus émouvantes et les plus dramatiques se mettent au service des aventures de ces anti-héros, sublimées par le génie de compositeurs d’exception : Wolfgang Amadeus Mozart, Richard Wagner, Franz Liszt, Charles Gounod, mais également Modeste Moussorgski et Arrigo Boito.
Aux côtés de ces figures maléfiques hautes en couleur, découvrez la richesse sonore de leurs morceaux favoris ainsi que l’incroyable vie des compositeurs qui les ont créés. Guidé par leurs voix singulières, analysez et écoutez en mélomane éclairé des partitions intemporelles.
Cet album est destiné à tous les amoureux de l’Art Musical : lecteurs de tous âges et niveaux apprécieront de suivre en musique les aventures artistiques de ces ténébreux personnages, tandis que musiciens et amateurs éclairés souhaitant parfaire leurs connaissances de culture musicale pourront découvrir ce répertoire d’exception dans le plaisir de l’écoute.

Une box de fleurs: Bloom’s

blooms-fleurs-saison-livraison-box-041

Aujourd’hui c’est la fête des grand-mères, et vous avez peut-être gâtés les vôtres avec de beaux bouquets. Je profite de cet article pour vous faire découvrir une box sur le thème des fleurs.

 

Le concept:

Recevez chez vous, à la fréquence que vous choisissez (par semaine, par quinzaine ou par mois), une sélection de fleurs de saison cueillies en direct des producteurs, accompagnées des conseils du fleuriste Gilles Pavan. Il existe deux formules pour le bouquet: taille normale et grande taille. Il n’y a aucun engagement, l’abonnement a la box peut être stoppé à tout moment.

Pour ma part, j’ai choisit l’abonnement mensuelle pour faire un premier test. Je peux vous dire que les fleurs sont de très bonnes qualités, j’ai réussit à les garder trois semaines ! C’est très agréable de recevoir ce colis, sans savoir ce qu’il contient. C’est un peu comme un cadeau surprise ! Ensuite c’est à nous de composer le bouquet comme on le désire.

Pour en savoir plus, je vous invite de découvrir leur chaîne youtube et découvrir les beaux bouquets déjà envoyés.

A savoir que si vous êtes intéressé pour tester le concept, je peux vous parrainer, vous bénéficierez ainsi d’un bon de réduction.

Site officiel de Bloom’s

 

Photos de mon bouquet

img_20170208_140654

img_20170214_131150848

Forum antique de Bavay, musée archéologique du département du Nord

Rendez vous il y a 2000 ans, à l’époque des Romains !

 

Le forum antique de Bavay est un site archéologique situé à moins d’une heure de Lille et de Bruxelles. D’une surface de 2,5 hectares, il est composé d’une esplanade, d’un temple et d’une basilique. A l’époque, Bavay était une ville très importante, vu qu’elle est à la croisée de 7 voies romaines, ce qui explique la grandeur du site. Le site accueillait des activités commerciales, administratives et religieuses.

 

La visite est divisée en deux parties: la visite du site archéologique puis celle du musée.

  • Le forum antique

Le site est actuellement en cours de fouille. Une partie est dégagée, et une autre est sous terre. C’est impressionnant de se dire qu’il y a encore beaucoup de richesses à découvrir sous nos pieds.

La visite commence avec une superbe reconstitution en 3D, qui nous est présenté sous forme de film. On peut voir plus clairement comment il était à l’époque antique, et comment les gens y vivaient. On entre ensuite sur le site archéologique. Grâce au film, on peut imaginer son immensité. Depuis les longs couloirs du forum, on découvre le temple puis l’esplanade et ensuite la basilique.

img_20170215_144915722_hdr

Forum antique

img_20170215_145111094

Temple

  • Le musée archéologique

Après la visite du site archéologique, on peut découvrir dans l’exposition permanente, les richesses qu’ils ont été découvert sur le site de Bavay. La première pièce nous présente les lieux publics de la ville romaine ; la deuxième s’intéresse à la vie privée des habitants.

img_20170215_153320538img_20170215_154930244

Pour plus d’informations, je vous invite à consulter le site officiel ainsi que le dossier de presse

Les Chevaliers des Highlands, tome 12 : Le Spectre de Monica McCarty

couv20050989

Synopsis:

1314. Alex Seton croit aux vraies valeurs de la chevalerie. Lassé des raids sanglants ordonnés par Robert de Bruce, le « roi-voyou » parti à la conquête du trône d’Écosse, il a déserté la Garde des Highlands pour rejoindre le camp adverse où il espère faire triompher ses idées de manière plus honorable. Désormais considéré comme un traître, il vole pourtant au secours de Joan Comyn, la fille bâtarde du comte de Buchan, jeune femme à la beauté ensorcelante, qui éveille bientôt ses soupçons. Ne serait-elle pas le Spectre, cet agent dont nul ne connaît l’identité et que les Anglais traquent en vain ? Déterminé à la confondre, Alex s’engage dans un duel où la séduction est l’arme principale et à l’issu duquel il devra choisir entre ses principes et son cœur.

Mon avis:

Quel plaisir de retrouver cette saga, mais c’est aussi avec tristesse, vu que c’est le dernier tome. Ici, on retrouve le Dragon, alias Alex Seton, que l’on a pu rencontrer lors des premiers livres et Joan Comyn, la fille de Bella MacDuff. Alex évolue à ce jour du côté des Anglais et l’on découvre pourquoi il a voulu quitter la garde. Joan quant à elle, est devenue une femme qui n’a pas eu la vie facile. Ils sont très vite attirés l’un vers l’autre.

Monica McCarty nous tient jusqu’à la fin de cette saga. J’admire Joan pour sa détermination et sa force. La relation qu’elle entretien avec Alex est très intense et passionnée. Alex souhaite rester ce preux chevalier et Joan ne sait pas quel chemin emprunter. Dans ce dernier tome, la cause que défend la garde des Highlands n’a jamais été aussi proche de son but. L’auteur clôt en beauté cette saga. J’étais aussi ravie de retrouver certains personnages clés.

Vous qui avez peut être lu aussi cette saga, avez vous un tome préféré, voir un personnage?

Pour ma part, j’ai adoré le tome 10, le frappeur, et j’aime beaucoup le personnage de Lachlan.

La brute apprivoisée de Jude Deveraux

la-brute-apprivoisee-9782290142462-3

Synopsis:

– Le duc de Peregrine ? Tu es folle ! Si tu épouses cet homme, ta vie sera un enfer !

Malgré les avertissements, Liana s’entête. Elle a vu défiler d’innombrables prétendants et aucun n’a fait battre son cœur comme ce colosse roux aux manières détestables… Le souvenir de leur brève étreinte suffit à la faire défaillir. À peine le mariage célébré, Peregrine emmène sa jeune épouse dans son domaine : un château à demi ruiné, peuplé d’une bande de sauvages. Liana pourrait à la rigueur s’accommoder de l’inconfort de sa nouvelle demeure. Mais son mari la délaisse chaque nuit pour retrouver son harem de servantes-maîtresses, arrogantes et stupides. C’en est trop : il faut mater ce rustre ! L’épreuve sera rude. Mais, sous son apparente douceur, Liana dissimule une volonté inflexible.

 

Mon avis:

Jude Deveraux a écrit beaucoup de roman, voici le premier que je découvre. Autant dire que je suis assez mitigée par cette lecture.

Dès les premières pages, on fait connaissance avec Liana, qui est poussée par sa belle-mère à trouver un époux. Celle-ci souhaite s’en débarrasser pour récupérer l’attention de son époux et pour pouvoir administrer le domaine comme elle le souhaite. Liana accepte, mais choisira elle-même son époux. Les demandes en mariage ne tardent pas à arriver, grâce à sa dote. Lors d’une sortie, elle rencontre Rogan qui est venu lui demander sa main, juste pour l’argent. Contre l’avis de sa famille, Liana accepte de devenir l’épouse de cette brute. Le mariage effectué, Liana est emmenée directement sur le domaine de Rogan, qui lui réserve de nombreuses surprises.

Les personnages de ce roman sont déroutants. Liana sait être forte, mais reste très naïve. Son histoire d’amour avec Rogan, à l’air d’un coup de foudre de petite fille. Rogan quant à lui est une pauvre brute, qui se transforme en agneau. Je n’ai pas cru en leur histoire. J’ai tout de même continué ma lecture, vu qu’il y a des scènes intéressantes. Quand Liana essaye de tenir tête à Rogan, on rigole bien. A la fin du roman, on reste tout de même sur notre fin, ce qui est bien dommage. Il reste inachevé. Des passages auraient pu être plus développés, comme l’origine du conflit avec l’autre clan, l’histoire des Peregrine… J’ai pu voir qu’il existait un second tome, qui n’a pas encore été réédité par J’ai lu. Peut-être est-il plus complet…

In My Mailbox #1

442056

In My Mailbox est un moyen de partager les livres reçus dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Rendez-vous animé par le blog Lire Ou Mourir. Je ne ferai pas de IMM à chaque fois, juste quand j’aurai quelque chose à vous partager.

 

Pour ce premier IMM, je souhaitais vous présenter une offre qui est actuellement en cours chez J’ai lu pour elle Plusieurs livres nous sont proposés à un super prix découverte de 3,95€.

sans-titre-3

Comme vous vous en doutez, je me suis fait plaisir en m’offrant 5 livres !

 

NUITS BLANCHES À LANGSTON MANOR de Jacquie D’Alessandro

Le marquis de Davenport n’a plus que quelques semaines pour se marier afin d’exaucer la dernière volonté de son père. Il rencontre alors Sarah et est immédiatement séduit par sa fraîcheur et sa spontanéité.

LA BRUTE APPRIVOISÉE de Jude Deveraux

Elle est jeune, belle et vulnérable. Il est odieux, solitaire et brutal. Mais les voilà mariés, pour le meilleur et pour le pire…

LA SPLENDEUR DE L’HONNEUR de Julie Garwood

Dans l’Angleterre mouvementée de Guillaume II, cette romance historique de Julie Garwood s’intéresse au destin de lady Madelyne et de Duncan de Wexton.

CELLE QUE J’ATTENDAIS de Sherry Thomas

De l’aventure, des rebondissements, de la passion, du drame et de l’humour. Sherry Thomas, auteure incontournable, nous entraîne dans une des plus émouvantes romances de l’époque victorienne.

Une romance historique récompensée par le prestigieux RITA Award.

CELLE QUE J’ATTENDAIS de Sherry Thomas

De l’aventure, des rebondissements, de la passion, du drame et de l’humour. Sherry Thomas, auteure incontournable, nous entraîne dans une des plus émouvantes romances de l’époque victorienne.

Une romance historique récompensée par le prestigieux RITA Award.

Connaissez vous certains livres ? Quel est votre avis ? 

Cette offre vous tente aussi, avez vous fait des achats ?

Les chevaliers des Highlands, tome 11 : Le roc de Monica McCarty

couv40759801

Synopsis: 

Depuis sa tendre enfance, Thomas MacGowan est fou amoureux d’Elizabeth Douglas, la fille du laird. Lorsqu’elle a été envoyée en France, il l’a attendue, plein d’espoir. Mais à son retour en Écosse, la « petite Ella » a bien changé. C’est une dame à présent, et elle ne peut épouser le fils d’un forgeron. Trois ans plus tard, Thomas, surnommé le Roc, a intégré la célèbre garde des Highlands où il exerce ses talents de grimpeur hors pair. Quand Ella vient le supplier de voler au secours de son jeune frère capturé par les Anglais, il refuse sèchement. Il n’est plus ce nigaud transi d’amour, et il ne veut plus d’elle dans sa vie. Croit-il…

 

Mon avis:

Quel plaisir de retrouver Monica McCarty avec ses Highlanders. Comme pour les précédents, j’ai à nouveau dévoré ce tome.

Ici on fait connaissance avec un nouveau membre de la garde, Thomas soit le Roc ! On le découvre alors qu’il n’est pas encore dans la garde, et qu’il est tout jeune. Il est le fils du forgeron du clan Douglas. Il passe ses journées avec son père, mais aussi avec les enfants du laird, Elizabeth et son frère James. Thomas est déjà très talentueux, fort et courageux. Amoureux d’Elizabeth, une tension se crée avec son frère, mais aussi à cause de son rang social. Thomas décide de partir pour devenir un chevalier des Highlands, et d’oublier d’Elisabeth.

Quelques années plus tard, alors que des projets d’engagements s’offre à lui, elle revient vers lui.

Je me suis tout de suite attachée au personnage de Thomas, alors que celui d’Elizabeth m’énerve plus. Thomas possède de grandes qualités qui font de lui, un atout pour la garde. Romance et action se succèdent tout au long du roman. On ne s’ennuie pas une seconde, ce qui explique que je l’ai lu d’une traite (comme souvent tous les romans de cette saga ! ) Concernant Elizabeth, le fait qu’elle n’arrivait pas à se décider m’a énervé. J’avais envie de la secouer pour qu’elle agisse.

A la fin de ce tome, Robert de Bruce a bien avancé dans sa quête, et ça annonce bientôt la fin de la saga. Encore un dernier tome à découvrir, que j’ai hâte de savourer.

Les modes au temps de la Reine Victoria au Château d’Hardelot

img_20161101_153807329

Du 17 septembre au 31 décembre 2016, l’exposition « Victorian Fashion – Les modes au temps de la reine Victoria » s’est tenue au château d’Hardelot. Je profite de ce billet sur l’exposition pour vous faire découvrir dans un premier temps ce superbe château que j’ai eu l’occasion de visiter plusieurs fois.

 

LE CHÂTEAU D’HARDELOT

 

Le château d’Hardelot est un manoir néo-gothique construit sur les ruines d’un château fort, celui des comtes de Boulogne, datant du XIIIe siècle.

Au XIXeme siècle, le château appartient successivement à de riches anglais. Il devient au XXeme siècle un lieu de plaisance réservé à la haute bourgeoisie.

La commune de Condette rachète le château en 1986. Très endommagé,ce dernier est restauré par le Département du Pas-de-Calais entre 2007 et 2008. Dénommé « Centre culturel de l’Entente cordiale » en 2009, il devient un lieu dédié à la culture, aux arts et à l’histoire étonnante des relations franco-britanniques.

Découvrez ci dessous quelques photos de l’intérieur du château, où l’on peut se plonger dans le style d’antan.

 

Pour plus d’information sur l’histoire du château, je vous invite à visiter le site officiel: http://www.chateau-hardelot.fr/Le-Lieu/Welcome-!-Bienvenue-au-Chateau-d-Hardelot

 

VICTORIAN FASHION

 

A travers la trentaine de tenues et d’accessoires, nous sommes plongés dans l’ère victorienne et dans la vie quotidienne des Britanniques. Cette exposition nous fait découvrir la richesse et la variété de la garde-robe d’une famille bourgeoise anglaise au temps de la reine Victoria. On voit ainsi l’évolution de la mode féminine, passant de la silhouette romantique à la large robe portée sur crinoline, puis à la tournure aux volumineuses manches gigot et enfin à la ligne plus souple des débuts du XXe siècle ! Concernant la mode masculine, on peut dire qu’elle fait contraste avec la mode féminine. Cette dernière est beaucoup plus sombre et stricte.

 

Découvrez ci dessous une sélection de photo des tenues présentes dans cette exposition

 

1. Les dessous

2. Robes de jour

3. Tenue bord de mer et d’amazone

4. Toilette de réception et soirée

5 .Tenues masculines et pour les enfants

6. Quelques accessoires

 

J’espère que cet aperçu des tenues vous aura plu. Globalement la visite de l’exposition était rapide. L’espace était assez petit, tout en permettant la circulation. Assez peu d’explications étaient présentes, soit le stricte minimum (nom de la tenue et son époque). Pour les plus curieux, comme moi, un livret de visite était en libre service, ce qui m’a permit d’approfondir ainsi ma visite et d’en savoir plus. On peut dire que cet exposition était un panorama qui illustrait et nous montrait des exemples réels d’une garde robe d’époque.

Petite note, je savais que la reine Victoria était petite, mais je ne m’attendais pas à ça en voyant ses robes. Elle devait faire 1m50 !

 

Et enfin, une belle surprise à la fin de cette exposition m’attendait. Des copies de robes d’époque étaient à disposition des visiteurs. J’ai bien sûr craquée et j’ai eu la chance d’en porter deux ! J’ai eu le droit au réticule, au jupon à cerceaux, mais pas au corset !