Quand on a le bonheur d’aimer, tout le reste est vil sur la terre de Beaumarchais

Synopsis:

A l’âge de cinquante-sept ans, après une vie amoureuse déjà fort remplie, Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais rencontre Amélie Houret de La Morinaie, qui sera sa dernière maîtresse. Il s’éprend follement de cette femme qui excite le désir et feint la vertu. Leur liaison, à laquelle ne manqueront ni les scènes de jalousie ni les déclarations torrides, s’éclaire grâce à la correspondance, longtemps inédite, que les amants échangèrent pendant plus de dix ans.  » Nos corps, doux instruments de nos jouissances, n’auraient que des plaisirs communs sans cet amour divin qui les rend sublimes.  »

Mon avis:

En ce jour de Saint Valentin, ce livre est parfaitement dans le thème. On y découvre des lettres d’amour entre Beaumarchais et sa maîtresse. Ce livre est remplit de beauté. Les mots, les phrases sont comme des poèmes, des odes à l’amour. J’ai vraiment passée un bon moment à lire ses lettres. Un petit secret: je rêve même secrètement de recevoir ce genre de déclaration!
Le seul gros problème de ce livre, et qu’il manque des lettres, on ne peut pas vraiment suivre et bien comprendre leur histoire. Mais cela ne m’a pas empêché d’apprécier ce livre, surtout l’ayant savourer sur plusieurs jours.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s